23/11/2006

SOIREE 11/9 LE 7 DECEMBRE AU CINEMA NOVA DE BRUXELLES A 20h

 

Infos: http://www.nova-cinema.org/main.php?pag … ept.fr.pag
au sujet du NOVA: http://www.nova-cinema.org/index.php?pa … art.fr.htm
Ciné alternatif et autogéré qui programme des choses invisibles ailleurs; bien connu en Europe dans le circuit de la diffusion alternative.

Projection suivie d'un débat:

9.11 Mysteries - Part 1: Demolitions
"Smallstorm", USA, 2006, DVD, vo st fr+nl/ov nl+fr ond, 90’

Première partie d’un triptyque (les deux autres volets sont à venir), qui passe en revue tous les points qui posent question concernant les attentats du 11/9. Ce premier volet se concentre sur l’effondrement des trois tours : les tours jumelles, dont tout le monde se souvient, et le WTC 7, souvent oublié, sans doute parce qu’il semble s’être effondré à peu près sans raison. Si de nombreux éléments, témoignages et analyses scientifiques semblent indiquer une démolition contrôlée par explosifs, dans les trois cas, c’est tout à fait  évident dans celui de la tour n°7. Si les effondrements sont vraiment dus à des explosifs, reste à savoir qui a pu les placer là, comment et pourquoi.
Le débat, très libre sera orienté principalement sur des questions géopolitiques, géostratégiques et politico-psychologiques.. Trois invités exposeront leurs points de vue et répondront aux questions du public.

Avec, comme intervenants:


Giulietto Chiesa, eurodéputé italien, écrivain et journaliste. (Stampa, entre-autres)
Giulietto Chiesa (né le 4 septembre 1940 à Acqui Terme, dans la province d'Alessandria) est journaliste et homme politique italien. Il est député européen, élu pour la province italienne du Nord-Est sur la liste indépendante d'Antonio Di Pietro et Achille Occhetto. À Bruxelles, il siège dans le groupe parlementaire Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe. Il est membre titulaire de la Commission du commerce international, membre suppléant de la Commission de la culture et de l'éducation, et membre du groupe d'amitié parlementaire Union Européenne-Russie.
Ancien correspondant de L'Unita et de La Stampa à Moscou, il s'est lié à Mikhaïl Gorbatchev et a animé avec lui le World Political Forum.
Il collabore au Réseau Voltaire et est membre de la conférence « anti-impérialiste » Axis for Peace

Philippe Grasset, éditeur et directeur de la rédaction de la Lettre d'Analyse dedefensa et du site dedefensa.org, auteur notamment du "Monde malade de l'Amérique" (1999)
De nationalité française, né à Alger le 18 mars 1944. En France depuis 1962. Baccalauréat Philosophie en 1963-64 à Paris. Service militaire (marine nationale), 1965-66. Une année de publicité (agence Interplans). Installation en Belgique (Liège-Bruxelles) fin 1967, début 1968. Journaliste à La Meuse-La Lanterne (Liège), quotidien d'information générale. Publication d'une Lettre d'Information sur les problèmes de sécurité (Definter, pour Défense International). Parution: de 1977 à 1980.
En 1985 commence la publication de la Lettre d'Analyse " de defensa " http://www.dedefensa.org/apropos.php (aujourd'hui bimensuelle, 20 numéros par an), sur les problèmes stratégiques, politiques, économiques, etc. Depuis janvier 1994, il publie une deuxième Lettre d'Analyse (Context), bimestrielle et en anglais, sur les problèmes stratégiques d'exportation des armements.

Paul Lannoye, ancien eurodéputé Ecolo, administrateur du Groupe de Réflexion et d'Action Pour une Politique Ecologique (Grappe).
Il a invité à deux reprises des personnalités à témoigner devant le Parlement européen. Michel Chossudovsky à Bruxelles, et Andreas von Bülow à Strasbourg.
http://www.paullannoye.be/

Présentation générale
Alors que les attentats du 11 septembre (on ne précise même plus "2001") ont changé la face du monde pour longtemps, on attend toujours les preuves promises par l’administration Bush. Preuves qu’Oussama Ben Laden était bien le commanditaire de cette attaque, preuves que la conséquence logique ne pouvait qu’en être une politique étrangère impériale et une politique intérieure liberticide menées par les Etats-Unis, le tout au nom de "la guerre au terrorisme".
Logiquement, le plus grand crime de l’histoire du pays aurait du susciter sa plus grande enquête. Pourtant, la justice américaine a consacré plus de moyens à investiguer une fellation prodiguée par une stagiaire de la Maison-Blanche que la mort de 3000 de ses citoyens. La commission d’enquête bipartisane, arrachée à grand-peine au bon vouloir de G.W.Bush par les familles des victimes, a produit un rapport si lacunaire que ses omissions remplissent des livres entiers. Depuis le jour même des attentats, l’administration américaine a adopté une attitude tellement étrange et crispée qu’on se pose logiquement la question : ont-ils quelque chose à cacher ? En s’intéressant à nouveau aux évènements de cette journée fatidique, on risque un choc. On se rend compte que l’image qui en a été façonnée depuis lors, notamment par les médias, ne correspond pas au récit instantané, spontané, qui en ressortait le jour même. Les explications officielles successives, souvent contradictoires, ne collent visiblement pas à la réalité. Certains aspects, par trop incompatibles avec le scénario officiel, ont été presque totalement occultés.
Bizarrement, ceux qui tentent d’exercer leur droit supposément démocratique de poser des questions restées sans réponse sont traités comme de dangereux subversifs, des conspirationnistes allumés, voire d’infâmes négationnistes. Et pourtant, les questions sans réponse ne manquent pas.
Ce soir, nous serons résolument subversifs.